Affaire Dieudonné : Manuel Valls veut-il la peau de la liberté d’expression ?

Desproges, le Magnifique.

Desproges, le Magnifique.

Depuis son éruption de colère à l’Université d’été du Parti Socialiste, on se doutait bien que Manuel Valls ne portait pas Dieudonné dans son cœur. Et que même, il ne serait pas hostile au fait de le faire taire par quelques bonnes vieilles méthodes. Alors, la surprise ne fut pas bien grande lorsque le Ministre de l’Intérieur a publié ce vendredi 27 décembre 2013 un communiqué de presse dans lequel il se disait décidé à « étudier toutes les voies juridiques » en vue d’interdire les « réunions publiques » de l’humoriste, qu’il juge susceptibles de provoquer des « troubles à l’ordre public ».

Passons le ridicule achevé du terme de « réunions publiques » utilisé pour désigner des spectacles, et sur lequel je n’ai même pas le cœur à faire une boutade. Qu’il s’agisse des dizaines de Veilleurs que la police embarque sans raison, des intellectuels que l’on terrorise ou que l’on insulte sur un plateau de télévision (lorsqu’ils ne sont pas tout simplement bannis), ou d’un Dieudonné à qui l’on prétend interdire de faire son métier, le constat est le même : la liberté d’expression se meurt.

Je ne connais rien à Dieudonné et je serais bien incapable de vous dire de quoi il est question dans ses spectacles (même si j’ai oui dire que le bougre s’en prenait à toutes les communautés, y compris la sienne). Mais il y a une chose que je sais très bien comme vous tous : dans ce pays, nous avons une loi et chacun est libre de faire appel à cette dernière s’il considère qu’il a été insulté, diffamé, ou affligé d’une quelconque manière. Celle-ci est bien suffisante et n’a pas besoin d’être « complétée » par un Ministre qui voudrait lui infliger des changements au gré de ses fantaisies personnelles. C’est avoir peu d’estime pour la République que l’on prétend défendre et c’est surtout outrepasser le cadre légal, car de quel droit peut-on interdire à un homme de s’exprimer sur la base de propos répréhensibles qu’il pourrait tenir dans le futur, si tant est qu’il les tient ?

Que Monsieur Valls soit particulièrement préoccupé par les « troubles à l’ordre public », c’est vraiment très gentil de sa part. Mais que pense t-il des militants LGBT qui insultent, menacent, intimident et donnent des coups à des Veilleurs (http://www.youtube.com/watch?v=ZaC1kNEU3yo), des antifas qui caillassent une gamine de 8 ans à un rassemblement pro-vie ou des Femen qui urinent dans une église qui n’est pas la leur ?

 Nous savons bien que les membres de notre gouvernement, capables de publier des communiqués d’un optimiste douteux et de soutenir mordicus que la courbe du chômage s’inversera en 2013 alors même qu’il ne reste que quelques jours avant la fin de l’année, ne devraient pas avoir trop de difficultés à s’arranger avec la loi comme ils le font avec la vérité. Mais nous devons être là pour leur rappeler leurs incohérences et préserver la liberté d’expression d’un énième outrage qui pourrait bien être celui de trop.

Publicités

A propos Altana Otovic

Tout ce qui n'est pas écriture m'ennuie. Vous savez ça, vous savez tout.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Affaire Dieudonné : Manuel Valls veut-il la peau de la liberté d’expression ?

  1. Henri Huc dit :

    « il est des questions, que les poser c’est y répondre » : le titre de votre article, sous la forme interrogative, est donc très pertinent. Et l’article lui-même l’est tout autant.

  2. Henri Huc dit :

    A propos de cette affaire Dieudonné, la fameuse citation attribuée à tort à Voltaire, mais qui tout de même résumerait son état d’esprit en matière de liberté d’expression, « je suis opposé à ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire », peut être rappelée. Par ailleurs, la volonté de répression à priori manifestée dans ce cas, s’inscrit dans un laxisme avéré, y compris à posteriori, pour d’autres nombreux abus verbaux, Et cela ne se fait pas au hasard, sans croire cependant à l’application d’un protocole, il y a une logique dans toutes ses manifestations gouvernementales. Cette logique est des plus inquiétante, sans perdre de vue pour autant qu’il peut y avoir également, ou plutôt qu’il y a, là dedans, une part d’enfumage, d’une part pour détourner l’opinion de problèmes matériels concrets, d’autre part pour masquer certains comportements partisans du pouvoir actuel.

  3. EMIN dit :

    Article tristement prémonitoire…

  4. SeigneurduChaos dit :

    Donc en fait si on comprend bien l’auteur de cet article on doit laisser des antisémites qui soutiennent ouvertement l’islamisme parler ? C’est n’importe quoi. Et pourquoi pas laisser parler les nazis, les anarchistes et toutes les objections à la vie qui existent. Jeune fille la censure n’est pas un gros mot, l’autorité non plus. Dans la vie il faut être ferme. La liberté d’expression n’est pas la liberté de dire n’importe quoi, de fausser le réel et de diffamer. Donc heureusement que Valls censure dans un pays qui est resté trop longtemps laxiste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s